TALK

D’ici et d’ailleurs :

esthétiques et imaginaires créatifs africains

Par Christine Eyene

14.10.2020 à 17h / Alcazar (Marseille)

Christine Eyene

Christine Eyene est historienne de l’art, critique, et commissaire d’exposition. Elle est chercheuse en art contemporain à l’Université du Central Lancashire (UCLan) et collabore à Making Histories Visible, projet de recherche interdisciplinaire ayant pour objet de documenter, soutenir et partager l'histoire des pratiques créatives noires en Grande-Bretagne et dans le monde, dans le cadre de collaborations avec des artistes, professionnels de l'art, structures indépendantes et des institutions publiques majeures.

Elle est aussi doctorante en Histoire de l’Art à Birkbeck, Univerté de Londres et prépare une thèse sur le photographe sud-africain George Hallett, sous la direction de Professeur Annie E. Coombes.
 

Ses recherches et sa pratique curatoriale s’inscrivent dans le champ de l’art contemporain africain et de la diaspora, le féminisme, et les pratiques artistiques immatérielles dont l'art sonore. Ses autres intérêts comprennent : les initiatives socialement engagées, la culture urbaine, la musique, le design et les nouveaux médias.

 

En tant qu'auteure, sa dernière publication s’intitule Sounds Like Her : Gender, Sound Art & Sonic Cultures (Nottingham : Beam Editions, 2019). Elle est une des contributrices de Feminist Art, Activisms, and Artivisms (Amsterdam : Valiz, 2020). Ses articles et essais ont aussi été publiés dans de nombreux magazines d'art, revues, catalogues d'exposition et livres d'art.

 

Depuis 2017, Eyene est directrice artistique de la Biennale Internationale de Casablanca dont la cinquième édition a lieu de septembre à novembre 2020. Elle a été commissaire du SUMMER OF PHOTOGRAPHY 2018 avec « RESIST! The 1960s Protests, Photography and Visual Legacy » à BOZAR, Bruxelles. Elle a aussi organisé de nombreuses expositions dans le cadre de biennales et festivals dont « Résonances : Second Mouvement » (Printemps de Septembre), Espace Croix-Baragnon, Toulouse, France, 2016 ; « Murder Machine » (EVA International), Ormston House, Limerick, Irlande, 2016 ; « RESIDUAL: Traces of the black body » (FORMAT International Photography Festival), New Art Exchange, Nottingham, 2015; « WHERE WE’RE AT! Other Voices on Gender » (SUMMER OF PHOTOGRAPHY), BOZAR, Bruxelles, 2014 ; 10ème Dak’Art - Biennale de l’Art Africain Contemporain, Musée de l’IFAN et Galerie Nationale, Dakar, Sénégal, 2012 ; 3ème Photoquai - Biennale des Images du Monde, Musée du Quai Branly, Paris, France, 2011; « Pimp My Combi » (GWANZA: Month of Photography), National Gallery of Zimbabwe, Harare, 2011. 


Eyene est membre du comité d'acquisition du FRAC - Fonds régional d’art contemporain de la Réunion, avec un intérêt pour les arts de l'océan Indien. Elle est également membre du comité scientifique du Nouveau Musée National de Monaco.

La conférence

D’ici et d’ailleurs : esthétiques et imaginaires créatifs africains

Cette conférence de Christine Eyene propose de tracer une histoire des pratiques artistiques contemporaines africaines et diasporiques marquées par l’expérience de la migration. Partant de la définition même de ce terme, la présentation s’articulera autour des formes de déplacements ayant le plus affecté les plasticiens dont l’œuvre sera abordée. Migrations internes au continent africain et à ses diasporas, colonisation, exil, immigration, ou encore recours au passé par le biais de l’oralité ou documents d’archives, sont autant de thèmes faisant l’objet de préoccupations esthétiques ou conceptuelles. De ces situations, dans lesquelles différence et altérité sont généralement exacerbées, l’identité culturelle ou personnelle sert parfois d’ancrage au propos de l’artiste.      

 

Prenant comme point de départ le contexte français qui fut dans le passé un port d’attache de ces artistes en mouvement, il s’agira tout d’abord de revenir sur l’histoire de ces présences noires de France, remontant aux années trente, et sur les arts visuels issus de ces pratiques pionnières, à travers l’exemple de Wilfredo Lam (1902- 1982), Ernest Mancoba (1904-2002), Gerard Sekoto (1913-1993), Wilson Tiberio (1923-2005), Carmen Lydia Duric (Hessie) (1937-2017). Ce précédent historique, faisant écho à de nombreuses autres scènes diasporiques, permettra de mettre en perspective l’art contemporain d’Afrique et de ses diasporas dans un contexte global, notamment à travers les grands changements discursifs qui se sont opérés dans les années 1990, et aux cours des vingt dernières années. 

 

Iconographie, interprétation, et recontextualisation permettront de poser un regard intergénérationnel sur les œuvres de nombreux artistes dont John Akomfrah, Zoulikha Bouabdellah, Sonia Boyce, Kudzanai Churai, Pélagie Gbaguidi, George Hallett, Lubaina Himid, Gavin Jantjes, Michèle Magema, MwangiHutter, Keith Piper, Zineb Sedira, Barthélémy Toguo, Kemang Wa Lehulure et bien d’autres. 

RDV à l'Alcazar le 14 octobre 2020 !

Conférence organisée dans le cadre la Manifesta 13 & soutenue par :

Suivre notre actualité !
Soyez informés des résidences, des ateliers de création,
des conférences et des événements à venir

© 2020 by Versant Sud