Versant Sud_screen print_Maisha & Khadij

01/

Génèse

Depuis le début du XXe siècle, l’art est sorti du cadre classique de la représentation pour y préférer un questionnement sur la vie réelle, la société, allant jusqu’à créer un nouveau rapport avec le public, se détournant de la simple valeur esthétique. Avec l’art conceptuel dont les origines remontent avec Marcel Duchamp, et en privilégiant le message à l’esthétique, l’art contemporain établit une distance avec le public. Mal compris, il renvoit souvent à une certaine idée du snobisme, de l’élite, que le grand public perçoit comme une mise à l’écart, Pierre Bourdieu parlant même de la culture comme d’une « religion », ne pouvant concerner que les personnes dotées d’un « regard cultivé ».

Au fil du temps, cette élite s’est emparé de la lecture des oeuvres en remontant le pont-levis derrière elle. En 2012, une étude montre que 3 français sur cinq (61%) n’ont jamais fait l’expérience de la fréquentation d’une galerie d’art au cours de leur vie.

En géopolitique, on observe une concentration du marché de l’art à Paris à l’échelle de la France et aux États-Unis (39%) / Chine (28%) / Occident (26%) pour le reste du monde. Malgré une percée de l’art contemporain d’Afrique ces cinq dernières années et dont l’intérêt domine à Londres, la présence des artistes et galeries d’art du continent sur un plan international est encore anecdotique. Ces deux observations ont été le cheval de bataille de Versant Sud : réduire la distance du public avec l’art contemporain et permettre à des artistes issu d’un territoire où le marché de l’art est quasi-absent de bénéficier d’un tremplin en début de carrière. Alors comment y répondre ? 

02/

Nos valeurs

  • Démocratiser et désacraliser l’art contemporain : l’équipe Versant Sud et ses artistes sollicitent la rencontre avec le grand public !

  • Versant Sud, c’est aussi un regard sur la création : nous travaillons avec des artistes visuels à mi-chemin entre la pop-culture et l’art conceptuel. Nous axons nos choix en fonction de l’intérêt de la création plastique avant la vocation sociale, qui est une repercussion inhérente au dispositif.

  • Un travail sur mesure : nos artistes sont portés sur le marché de l’art depuis la phrase créative jusqu’à la communication publique. + Nous sommes locavores ! Nous privilégions le travail avec des opérateurs locaux pour faire levier sur l’économie locale : artisans, imprimeurs, encadreurs, collectionneurs, photographes, vidéastes, etc.

  • La rencontre : nous encourageons la rencontre entre un artiste et un métier d’art, un spectateur et un médiateur d’exposition, un conférencier et un jeune néophyte pour éventuellement agir sur des trajectoires. 

03/

Nos domaines d'activités

.

Screen Shot 2021-05-21 at 17.56.29.png

© Maisha Marshall-Ende